KIDNAPPING
PARENTALITÉ ET GÉNÉTIQUE SONT DANS UN BATEAU
31 octobre 2020

Kidnapping, intense polar signé Torleif Hoppe, co-créateur de The Killing, réunit notamment à l’écran Charlotte Rampling et Anders W. Berthelsen. Les thèmes de la parentalité, de la légitimité génétique et de l’adoption sont au cœur de ce thriller. Et pour une fois, une coproduction européenne, en l’occurrence franco-danoise, épouse le scénario avec une pertinence aiguë.

Ecouter la chronique (7’47”)

Rolf Larsen (Anders W. Berthelsen) / Nordisk Film Production – ARTE France

Copenhague. La police vient d’être informée de l’enlèvement de Minna, une petite fille de onze mois. Comme toujours dans les cas d’enlèvement, c’est d’abord envers la famille que les premiers soupçons se fondent et c’est dans ce cercle familial que la police investigue en priorité.

De l’évidence à l’erreur

Le schéma est tellement évident qu’il se confond avec un panneau, dans lequel les flics tombent inévitablement : le père et la mère sont séparés, elle est danoise, il est iranien, réfugié et va bientôt devoir retourner en Iran. Pour les enquêteurs, c’est cousu de fil blanc : papa a enlevé fifille pour l’emmener à tout jamais dans son lointain pays. Point, barre. Sauf qu’il n’y a pas plus de barre que de point. Interprété par Anders W. Berthelsen, qui jouait déjà un flic dans la troisième saison de la version tant originale que danoise de The Killing, l’inspecteur Rolf Larsen, qui vient lui aussi d’avoir une petite fille, n’est pas convaincu par le plan « papa a enlevé fifille ». Un seul interrogatoire avec ledit papa suffit pour le convaincre que ce n’est pas lui le coupable. Ses collègues, comme ses supérieur·e·s hiérarchiques, de toustes le regarder alors avec cet air navré et condescendant qu’on réserve à celles et ceux qu’on prend pour de gentils dingues inoffensifs. Ce n’est rien de dire que l’inspecteur Rolf Larsen s’en bat largement les testicouilles.

Kidnapping - Anders W. Berthelsen - Les séries de Pascal Bernheim

Rolf Larsen (Anders W. Berthelsen) / Nordisk Film Production – ARTE France

Preuves vs. instinct

Il s’intéresse aux indices laissés par le ravisseur – ou la ravisseuse – sur la scène de crime et une piste se dessine, qui conduit vers la Pologne. Il décide donc de s’y rendre pour poursuivre l’enquête et comme son épouse doit se rendre en Angleterre pour une formation, l’inspecteur Rolf Larsen a charge et fonction de baby-sitter Il décide d’embarquer poupon et landau sur le ferry, malgré une météo pourave comme on sait en tricoter dans les pays nordiques. A la dernière minute, un collègue bien intentionné décide de l’accompagner et pendant le repas bien secoué, Rolf Larsen doit impérativement sortir prendre l’air sur une coursive. Il emmène sa fille, bien emmitouflée dans sa poussette, mais pris d’un spasme gastrique pour cause de roulis-tangage, il se précipite aux cabinets et quand il revient, la poussette a dégringolé l’escalier jusqu’à la coursive du dessous et bien sûr, elle est vide!

Kidnapping - Charlotte Rampling - Les séries de Pascal Bernheim

Claire Bobin (Charlotte Rampling) / Nordisk Film Production – ARTE France

Thriller et drame social

Cinq ans après la disparition de leur fille, qui n’a pas été retrouvée, l’inspecteur Larsen et sa femme ont fini par se séparer. Au cours d’une enquête, à cause du meurtre d’une jeune Danoise en France, l’analyse de l’ADN du suspect bouleverse la police danoise, qui se rend compte que le fichier national des profils ADN contient des failles qui permettent à Rolf Larsen de rouvrir l’enquête sur la disparition de Minna et, même si on lui fait bien comprendre qu’il ne faut pas mélanger son « affaire personnelle » avec l’enquête en cours, l’inspecteur caresse évidemment l’espoir de retrouver sa propre fille. Le titre anglais, DNA, ADN pour nous francophone, me paraît plus pertinent que Kidnapping quant au thème majeur de la série, à savoir l’opposition entre la génétique et la parentalité, l’opposition entre liens biologiques et liens affectifs, car la série propose une intelligente réflexion à ce propos, certes un peu sur le mode de la parabole biblique, mais ce n’est peut-être pas un hasard.

Kidnapping - Zofia Wichłacz - Les séries de Pascal Bernheim

Julita (Zofia Wichłacz) / Nordisk Film Production – ARTE France

Au nom de Dieu

Je vous ai dit que l’enquête se dirige vers la Pologne où une partie de l’énigme de la série se cache dans un couvent tenu par des sœurs catholiques intégristes. Comme par un fait exprès, l’actualité polonaise va dernièrement dans ce sens en ce qui concerne l’avortement. Dans ce couvent la mission des religieuses consiste à venir en aide aux jeunes filles seules et enceintes, mais étrangement, le taux de mortalité des nourrissons est extrêmement élevé. En fait, on s’en doute, ces ignobles «femmes de Dieu», qui ont toujours sa parole à la bouche, ces ordures sont aussi corrompues que malfaisantes et pratiquent un lucratif trafic d’enfants pour l’adoption dans toute l’Europe, notamment en France. La commissaire Claire Bobin (Charlotte Rampling) rejoint d’ailleurs l’enquête dès le troisième épisode, et il faut reconnaître que coproduction et scénario font très bon ménage : rien n’est forcé, tout est vraisemblable. Même si le très léger accent de Charlotte Rampling nous inclinerait à penser qu’elle bosse plutôt à Scotland Yard!

Voir la bande-annonce (VOSTFR)

Kidnapping - Olivia Joof Lewerissa, Zofia Wichłacz, Anders W. Berthelsen, Nicolas Bro et Charlotte Rampling - Les séries de Pascal Bernheim

Sur la boutique arte.tv (VF et VOSTFR), DVD (€ 25.-)
Déconseillé aux moins de 12 ans.

Les bonus

Littérature - Geneviève Bridel

Amity Gaige
Schroder

Le Livre de Poche

Amity Gaige - Schroder - 10/18 

 Son procès approche, il écrit à son ex-femme pour expliquer ses actes. Lui dire qu’il est un bon père, qu’il n’a jamais voulu enlever leur fille, Meadow. Que leur road-trip n’avait qu’un but: voler quelques heures de bonheur. Avant de déraper… forçant cet homme acculé à révéler ce qu’il avait tu pendant trente ans. Quels secrets cachent son passé? Qui est vraiment Erik Schroder? Troublant, haletant, bouleversant. Avec une rare délicatesse, Amity Gaige offre une brillante méditation sur l’amour et la paternité, les lois du mensonge et l’invention de soi.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Isabelle D. Philippe

Philosophie - Pascaline Sordet

On ne compte plus les podcasts et les articles de journalisme gonzo qui racontent la traque des origines à travers des test ADN. Reste que derrière les histoires singulières, cette quête a le pouvoir fascinant de remettre en question nos identités. On peut découvrir des lignées d’ancêtres improbables, fruit de l’histoire, des guerres, des viols et des migrations. Le récit de soi-même qu’on se fabrique et si éloigné de la recherche génétique qu’elle a le pouvoir de le chambouler. Et en même temps, ils répondent à un vrai désir d’appartenir à une communauté, de retrouver des parents, des cousins, une famille au sens très large. Il faut surtout espérer que les progrès dans la recherche génétique nous servent à remettre en question des concepts comme la race ou la parentalité.

Recherche sur l'ADN / National Cancer InstituteRecherche sur l’ADN / National Cancer Institute

 Ecouter à ce propos l’enquête
Les tests ADN grand public laissent certains experts dubitatifs.

Blandine Levite, La Matinale de RTS-La 1ère, 22 septembre 2017