Warning: Constant DIVI_POPUP_STORE already defined in /home/clients/2c3722665fcb3d908a0ae0e77fa35d4c/bernhe.im/wp-content/plugins/popups-for-divi/constants.php on line 55
THE UNDOING | Les séries de Pascal Bernheim
THE UNDOING
L'ARGENT NE FAIT PAS LE BONHEUR
24 octobre 2020

La mini-série The Undoing illustre bien la sagesse populaire qui prétend que l’argent ne fait pas le bonheur. HBO, qui fait monter la sauce depuis ce printemps ­– la sortie a été repoussée pour cause de coronavirus – offre à Nicole Kidman sa place au Musée Grévin.

Ecouter la chronique (6’13”)

Le titre de cette mini-série est assez complexe à traduire, dans la mesure où il n’y a pas de mot équivalent en français. En anglais, undoing, autant verbe que substantif, est assez polysémique. Ça va de la nature de quelque chose qui se défait, s’annule, s’efface, voyez le célèbre undo, ctrl ou cmd-Z, qu’on pratique sur les claviers de nos ordinateurs. Existe aussi cette notion de vouloir réparer, par exemple une situation désagréable voire catastrophique dans laquelle on se trouve. Enfin, undoing suppose encore l’idée de perte, de ruine.

Du grand au petit écran et retour

Nicole Kidman est une actrice de cinéma plutôt active dans le monde des séries. Ça commence en 2017 dans la deuxième saison de la série de Jane Campion Top of the Lake, avec Elisabeth Moss. La même année sort Big Little Lies, qu’on a notamment pu voir sur RTS Un. Nicole Kidman y campe une maman de deux petits garçons dont le papa, lui, n’est pas exactement un gentil garçon. Ni avec elle, ni avec d’autres femmes… La deuxième saison de Big Little Lies, sortie en 2019, toujours avec Nicole Kidman, est un peu moins convaincante que la première, mais les deux sont également disponibles sur OCS. Et voici qu’arrive en 2020 The Undoing.

The Undoing - Nicole Kidman - Les séries de Pascal Bernheim

Grace Fraser (Nicole Kidman) / HBO

Toujours maman, d’un mari l’autre

Nicole Kidman joue encore une fois le rôle d’une mère accompagnée encore une fois d’un mari toxique, certes moins violent, mais pas pour autant un cadeau non plus. Dans le rôle du mari pas cadeau, Hugh Grant, très convaincant dans ce rôle à contre-emploi bien loin de Coup de foudre à Notting Hill et autres Bridget Jones. Après le couple fortuné de Californie de Big Little Lies, c’est un autre couple fortuné de New York qu’on rencontre dans The Undoing : Grace et Jonathan Fraser (Nicole Kidman et Hugh Grant). Elle est psy, spécialisée dans la thérapie de couple et “pignonée” sur rue. Lui est oncologue pour enfants, réputé non seulement pour ses talents de médecin mais aussi pour apporter son bienveillant soutien à ses jeunes patients et à leur famille. Le fils, Henry (Noah Jupe), douze ans, est un élève doué et discipliné. La famille Fraser, très respectée dans son cercle social huppé, représente un peu la vie rêvée de la famille heureuse qui réussit, situation parfaitement calibrée pour être passés au laminoir du déclin.

The Undoing - Les séries de Pascal Bernheim

Jonathan et Grace Fraser (Hugh Grant et Nicole Kidman) / HBO

De Charybde en Scylla

Jonathan Fraser a soigné Miguel (Edan Alexander), un jeune garçon qui fréquente la même école privée haut-de-gamme que son fils Henry. Elena (Matilda De Angelis), maman de Miguel, qu’elle a eu très jeune est une artiste extrêmement séduisante qui vient d’accoucher d’une petite fille. Grace et Elena se rencontrent pendant la préparation de la traditionnelle soirée de recherche de fonds supposée assurer le socle financier nécessaire à l’école de leur progéniture. Malheureusement, cette jeune femme très séduisante va le devenir très rapidement beaucoup moins: son fils la retrouve mortellement défigurée à coups de marteau. C’est à ce moment-là que le bon docteur Fraser, censé participer à un congrès d’oncologie en dehors de New York et qui ne s’y trouve évidemment pas, s’évanouit dans la nature. Ou ailleurs.  Son épouse Grace va alors aller de découvertes en désillusions, soutenue par son fils qui va endosser le rôle de la voix de la raison, quasiment parentale. Ielles se réfugient chez l’extrêmement richissime papa de Grace, Franklin Reinhardt (Donald Sutherland).

The Undoing - Les séries de Pascal Bernheim

Franklin Reinhardt (Donald Sutherland) / HBO

Vernis et botox ne cachent pas la vacuité

Cette peinture sociale de la société huppée est nettement moins réussie que celle de Big Little Lies, au point qu’il émane du scénario chétif et convenu comme une odeur de réchauffé. Pourtant le même scénariste, David E. Kelley, a conçu Big Little Lies. Le manque de surprise et d’épaisseur psychologique nous laisse en surface, à l’image de la mise en scène, léchée, qui ne propose qu’une esthétique assez vide de sens. Heureusement, répétons-le, les performances des acteurs séduisent. Cependant, le bât blesse du côté de Nicole Kidman: reléguée par le scénario au rang de gravure de mode, même si l’actrice prétend n’avoir jamais eu recours à la chirurgie esthétique, son visage se fige de plus en plus au point de n’avoir quasiment plus qu’une seule expression quel que soit le sentiment qu’il tente de traduire et les commissures de la comédienne sont de plus en plus ravinées, laissant augurer un futur facial à la Kim Novak. Moche.

The Undoing - Matilda De Angelis - Les séries de Pascal Bernheim

Elena Alves (Matilda De Angelis) / HBO

Se défaire de «the undoing»?

Si nous nous noyions sous une avalanche de bonnes séries, ce qui est loin d’être le cas, nous pourrions éventuellement faire l’impasse sur The Undoing. Mais, bien que j’émette quelque réserve, la série est tout de même loin d’être nulle. J’ai pu, comme mes consœurs et frères, voir cinq des six épisodes: après le cliffhanger à la fin du cinquième, je vous mentirais si je prétendais ne pas être impatient de regarder le dernier!

Voir la bande annonce VOSTFR

The Undoing - Nicole Kidman et Hugh Grant - Bande-annonce VOSTFR - Les séries de Pascal Bernheim

Sur OCS (VF et VOSTFR), via Swisscom ou Canal+.
Déconseillé aux moins de 12 ans.

Les bonus

Littérature - Geneviève Bridel

Pierre Lemaitre
Robe de marié

Le Livre de Poche

Pierre Lemaitre - Robe de marié - Le Livre de Poche 

Nul n’est à l’abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer lentement dans la démence: mille petits signes inquiétants s’accumulent puis tout s’accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n’a aucun souvenir. Alors, désespérée mais lucide, elle organise sa fuite, elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape… L’ombre de Hitchcock et de Brian de Palma plane sur ce thriller diabolique.

Philosophie - Pascaline Sordet

Jean Hanff Korelitz
Les premières impressions
Cherche Midi – Collection Thriller

Jean Hanff Korelitz - Les premières impressions - Cherche Midi

Il faut toujours se fier à ses premières impressions…

Grace Reinhart Sachs, thérapeute spécialisée dans les relations de couple, mène l’existence dont elle a toujours rêvé. Son époux, Jonathan, est un onco-pédiatre sensible et leur fils Henry, 12 ans, un garçon studieux. Très investie dans le travail qu’elle effectue auprès de ses patients, Grace est sur le point de publier un essai, Vous auriez dû le savoir*, dans lequel elle met les femmes en garde: si elles écoutaient attentivement les hommes et se fiaient à leur intuition dès la première rencontre, elles éviteraient bien des déconvenues.
Or, à quelques semaines de la parution, une femme est assassinée et son mari disparaît. Peu à peu, Grace réalise que l’homme qu’elle pensait connaître parfaitement n’est peut-être pas celui qu’elle croyait… Son intuition l’aurait-elle trahie?

Brillamment construit, servi par la fluidité d’un style remarquable et par la finesse psychologique de son auteur, ce thriller est une plongée dans le chaos d’une vie réduite en cendres, un feu qui se consume et dévore lentement la moindre parcelle de tout ce qu’il touche. Implacable.

*You Should Have Known, titre original du roman, traduit par Hélène Zylberhait.
“Dans la tragédie, il faut écouter l’oracle”, précise Pascaline Sordet!