Warning: Constant DIVI_POPUP_STORE already defined in /home/clients/2c3722665fcb3d908a0ae0e77fa35d4c/bernhe.im/wp-content/plugins/popups-for-divi/constants.php on line 55
VERSAILLES | Les séries de Pascal Bernheim
VERSAILLES
THE PLACE TO BE
5 juin 2021

Le château de Versailles séduit les cinéastes depuis longtemps. De Sacha Guitry en 1953 (Si Versailles m’était conté…) à Sofia Coppola en 2006 (Marie-Antoinette), en passant par Ariane Mnouchkine en 1978 (Molière), toustes ont posé leurs caméras dans le château de Versailles et ses jardins. Série historique dans la plus pure acception du terme, Versailles raconte à la fois la clairvoyance politique et la folie mégalomane du Roi Soleil.

Ecouter la chronique (8’46”)

Nous sommes au XVIIe siècle. Le roi de France, Louis XIV (George Blagden), approche la trentaine. Il veut asseoir l’autorité de son pouvoir royal en contraignant la noblesse française à se soumettre. A cette fin, il imagine de s’éloigner de la Cour, donc de Paris et du même coup des événements de la Fronde, dont les coups portés à son père Louis XIII le hantent toujours.

Adieu Paris !

Sa Majesté décide donc de déménager tout son gouvernement dans l’ancien pavillon de chasse de son pôpa. Il sait pertinemment que les nobles ne supporteront pas d’être éloignés de leur souverain, alors il fait édifier à Versailles, en pleine forêt, le plus somptueux des palais, assez grand pour y recevoir sa Cour et ainsi garder tout ce petit monde sous son contrôle: Versailles. Comme on le sait désormais, l’entreprise sera démesurée et très coûteuse, parfait cocktail pour attiser autant les mécontentements que les discordes. Le pitch de la série s’achève ainsi: “Dans une Cour gangrenée par les complots, Louis XIV pourra-t-il imposer son pouvoir, vivre ses passions amoureuses et mériter son titre de Roi Soleil?” Vous m’accorderez qu’il est plutôt difficile de fonder un suspense sur cette question. Pour peu qu’on n’ait pas séché ses cours d’histoire et/ou visité le château de Versailles, on connaît la réponse!

Louis XIV (George Blagden) / Canal+

Cours d’histoire et divertissement

Versailles se différencie de ce à quoi on s’attend généralement avec une série historique, à savoir, c’est un peu la loi du genre, de la violence et du sexe. Alors bien sûr, je ne vous décevrai pas en vous annonçant qu’il n’y en a pas, mais c’est sans commune mesure avec des séries comme Rome ou Game of Thrones! Les créateurs de la série, Simon Mirren et David Wolstencroft, deux Anglais au service de cette coproduction franco-canadienne pour deux saisons et franco-belge pour la troisième, ont privilégié l’Histoire et les portraits de celles et ceux qui l’ont faite. De ce qui se passe dans la tête d’un souverain mégalomane sur le mode “L’état, c’est moi!” qui veut dominer l’Europe à ses alliances, diplomatiques bien sûr, féminines aussi, de la reine à ses maîtresses: tout est politique.

Henriette d’Angleterre (Noémie Schmidt) / Canal+

On a beau être roi, on n’en est pas moins homme

Derrière la fonction royale, le scénario n’oublie pas l’homme, dont le frère cadet (Alexander Vlahos) souffre, pas forcément de n’être pas l’aîné, mais d’avoir perdu la bienveillance de son grand frère, comme quand ils étaient enfants et qui fait tout pour gagner son admiration et sa confiance en lui prouvant qu’il est aussi valeureux qu’un autre, même si ses préférences homosexuelles le pénalisent évidemment, tout frère du roi, Monsieur et duc d’Orléans qu’il est. La rivalité de ces deux personnalités constitue l’épine dorsale de Versailles et, bien sûr, leurs alliances et mésalliances avec d’autres, les complots, les luttes d’influence, bref on y revient: la politique.

De gauche à droite: Monsieur (Alexander Vlahos) et Louis XIV (George Blagden) / Canal +

De la réalité des faits historiques

Le conseiller historique avec lequel les scénaristes ont travaillé, Mathieu Da Vinha, est docteur en histoire et directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles depuis plus de vingt ans. C’est donc peu dire qu’il connaît son sujet. Cependant, il faut bien sûr garder en tête, comme le Dr Da Vinha le fait lui-même, que cette série est une fiction, ce qui autorise quelques écarts et autres raccourcis. Le souci principal du conseiller historique consistait à rendre le scénario toujours vraisemblable vis-à-vis de la réalité historique. C’est pourquoi le jeu devient possible avec la chronologie, avec les faits ou encore avec le langage.

Louis XIV (George Blagden) et une nymphe (Alexia Giordano) / Canal+

It’s good to be the King

Une production internationale impose souvent d’être tournée en anglais, c’est le cas de Versailles, et je vous avoue que ça surprend un peu d’entendre le roi de France et ses sujets, du bas en haut de la pyramide sociale, s’exprimer dans la langue de Shakespeare ! Même si les échanges entre les deux idiomes sont extrêmement fréquents. Par exemple, que vous y jouiez ou non, vous savez évidemment que le mot “tennis” vient de l’anglais. Mais d’où vient l’anglais “tennis”? De la cour de France et de la pratique du jeu de paume: au XVe siècle, le règlement des paumistes leur imposait d’annoncer à voix haute leur mise en service avec l’impératif “Tenez!”. Ce qui en français de l’époque se prononçait “teneïts”. Le jeu de paume traverse la Manche jusqu’à la cour d’Angleterre et au fil du temps, “teneïts” devient “tennis”. Tout ça pour vous dire que vous avez tout avantage à privilégier Versailles en version originale anglaise plutôt que choisir la version doublée en français, qui est assez calamiteuse.

Voir la bande-annonce VOSTFR

Masum - Haluk Bilginer et Serkan Keskin - Les séries de Pascal Bernheim

Sur RTS 1 (VF et VOSTFR), première saison, dix épisodes de 52′

Déconseillé aux moins de 12 ans.

Les bonus

Littérature - Geneviève Bridel

Prénom Nom
Titre
Editions

Brit Bennett - L'autre moitié de soi - Autrement

RÉSUMÉ Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

AUTEUR·TRICE Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

TRADUCTION

Philosophie - Anne Laure Gannac

Prénom Nom
Titre
Editions

Michael J. Sandel - La Tyrannie du mérite - Albin Michel

RÉSUMÉ Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

AUTEUR·TRICE Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

TRADUCTION